QUI SOMMES-NOUS

Notre histoire

La mobilité durable
parle italien depuis 1919

Né en 1879, sixième d’une famille de sept enfants, Ettore Menarini a travaillé de nombreuses années dans divers ateliers de carrosserie de Bologne dont celui de Marco Fiorini, qui à l’époque était parmi les plus connus d’Italie et fabriquait principalement des voitures pour chevaux. En 1914, il décide de se mettre à son compte et ouvre un petit atelier de carrosserie avec d’autres associés, mais lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il est appelé et affecté à l’atelier du 3ème corps automobile. De retour à Bologne, il se remet au travail avec courage dans une Italie victorieuse mais terrassée par l’effort de guerre. Il fonde sa société, qu’il veut appeler Ditta Menarini e C, même s’il en est l’unique propriétaire.

C’était en 1919, l’entreprise était installée dans une ancienne grange, via del Chiù, et se consacrait essentiellement à la réparation de carrosseries. Bientôt, sur commande FIAT, il a également commencé a produire. Cependant, pendant la majeure partie des années 1920, l’activité principale de Menarini était la fabrication de « voitures de tourisme » tirées par des chevaux : un métier qui exigeait du temps, de la précision et une relation étroite avec le client, car il fallait quatre à six mois pour construire une voiture.

1919

Menarini a marqué l’évolution technologique du bus

Les activités de Menarini ont marqué l’évolution technologique des autobus italiens et européens : de 1919 à aujourd’hui, les plus de trente mille autobus qui ont quitté l’usine de Via San Donato ont contribué à construire et à écrire l’histoire du transport public routier.

1925

La production mécanique nationale double

À partir de 1925, la production mécanique nationale double : environ 50 000 véhicules sont produits, dont un sur dix est destiné aux transports publics, le secteur visé par Ettore. Grâce à l’augmentation des affaires, il décide de transférer l’activité au nouveau siège de Viale Berti Pichat 10 où, en collaboration avec FIAT, il commence la production de carrosseries pour le transport public et l’usage industriel : wagons-ateliers, ambulances, fourgons spéciaux, autobus. Au début de la Seconde Guerre mondiale, l’entreprise employait environ 150 personnes.

1944 – 1945

L’usine a été touchée par des bombardements

Entre 1944 et 1945, l’usine a été bombardée, puis réquisitionnée par les Alliés. Toutes les archives photographiques et documentaires ont été détruites. Ce n’est qu’à l’automne 1946 qu’Ettore se voit offrir la possibilité de reprendre son entreprise : il ne se décourage pas et, avec l’aide de ses fils, il reconstruit, réorganise les départements et rouvre l’entreprise, en se concentrant exclusivement sur la production d’autobus, avec 230 ouvriers produisant huit véhicules par mois. Ettore est mort en 1952. Entre-temps, une phase de grand développement avait déjà commencé, avec ses fils Dante comme directeur général, Giorgio comme directeur technique et Eugenio comme directeur administratif.

Dans la seconde moitié des années 1950, l’atelier est déplacé vers la banlieue, à son emplacement actuel, Via San Donato. L’usine a été construite pour répondre aux exigences de transformation modernes, notamment celles des bus à structure porteuse. Parmi les produits de ces années figure la carrosserie Essediemme, présentée au salon de l’automobile de 1961. SDM est l’abréviation de Synthesis of the Best, le meilleur qu’Ettore Menarini a toujours recherché avec une détermination obstinée. Il est devenu un jalon dans les techniques de construction : plus de coupes transparentes dans le toit, plus de fenêtres coulissantes dans les murs, des portes télécommandées pour les véhicules de tourisme, des toits plats et de grandes surfaces vitrées. Tous les concurrents de ces années-là ont dû s’adapter à la norme Menarini.

1970

La gamme Monocar 201 est née

La gamme Monocar 201, destinée aux services urbains, suburbains et interurbains, qui connaît un grand succès et constitue l’un des autobus phares des années 1980, a été développée et mise en production dans les années 1970. La nouvelle carrosserie SL pour les bus de location a également été développée.

Puis apparaissent les freins à disque, au début des années 80, les suspensions indépendantes pour les interurbains et même un essieu DE DION raffiné sur les Monocar de tourisme 101 et 102 SBH, véritables jalons dans le développement du design du « gran turismo » moderne, ainsi que les premières études pour l’abaissement de la plate-forme en production urbaine.

1980

L’usine de Via San Donato

Dans les années 1980, l’usine de Via San Donato occupait 150 000 mètres carrés, dont 60 000 étaient couverts. Elle employait 850 personnes et avait une capacité de production de 1 000 unités par an, avec 16 modèles de base et de nombreuses variantes.

Des circonstances financières problématiques et le risque de prendre du retard dans les techniques de production ont convaincu Giorgio et Eugenio, dans les années 80, de vendre une partie de leurs actions à Breda Costruzioni Ferroviarie, dont l’apport aurait contribué à moderniser l’entreprise ; cependant, au début des années 90, des désaccords avec la nouvelle direction ont conduit la famille Menarini à quitter l’entreprise. La marque BredaMenarinibus est alors née, et à partir de ce moment, le cheval rouge caractérisera les autobus de l’entreprise de Bologne.

1994

M 221, M 321 e M 230

Des modèles à succès ont suivi, notamment dans le segment urbain, comme la gamme des premières M 221, M 321 et M 230 abaissées. Ce dernier modèle, lancé en 1994, a été le premier moyen-court à profil ultra bas en Italie. En 1997, une toute nouvelle gamme de modèles à plancher surbaissé voit le jour : M 240, M 231 et M 340, qui représentent le passage à une génération de véhicules caractérisés par un contenu technique élevé (moteurs, châssis, électronique, etc.) et des solutions de conception visant à obtenir une fiabilité élevée et des coûts d’exploitation réduits. Anticipant la demande de véhicules aux émissions de gaz d’échappement de plus en plus faibles, des autobus fonctionnant au méthane (EXOBUS), des minibus à propulsion électrique (ZEUS) et des autobus hybrides de 10,80 et 12,00 m (ALTERECO) ont été lancés.

2001

Finmeccanica

En 2001, l’entreprise a intégré le groupe Finmeccanica, la première holding manufacturière d’Italie, ce qui est essentiel pour garantir les investissements dans la recherche et le développement afin de rester compétitif au niveau mondial et de développer des produits conformes aux normes réglementaires européennes.

2005

Nouvelles gammes de véhicules équipés de moteurs diesel EURO 4

L’année 2005 a vu le lancement de nouvelles gammes de véhicules équipés de moteurs diesel EURO 4 et GNC, appelées Avancity (10,8 m, 12 m et 18 m) et Vivacity (8 m et 9 m).
Ces véhicules se distinguent par leur aspect attrayant, par l’adoption d’un essieu avant indépendant, qui améliore encore la motricité, la tenue de route et le confort, et par la construction de passages de roue intégrés à la structure, qui élargissent les allées intérieures et améliorent l’habitabilité.

2013

Nouvelles gammes Euro 6

La nouvelle gamme Euro 6 a été présentée en novembre 2013. Si pour les bus courts, il a été décidé de maintenir la ligne Vivacity de 8 et 9 m, pour les véhicules de 10, 12 et 18 m, Bredamenarinibus a saisi l’opportunité de développer une nouvelle plateforme : la nouvelle gamme modulaire Citymood est née, avec des moteurs diesel et gaz.

En janvier 2015, Finmeccanica a vendu l’unité commerciale BredaMenarinibus à la nouvelle société Industria Italiana Autobus, une société entièrement italienne, détenue à 20 % par Finmeccanica elle-même et à 80 % par un groupe privé italien.

En l’honneur de la glorieuse histoire de l’entreprise de Bologne, Industria Italiana Autobus a opté pour un retour au passé : la marque verbale est revenue à Menarinibus et, dans le logo, le cheval de Breda a cédé la place aux armoiries Menarini utilisées dans les années 1950 et 1960, années de croissance et de développement : des armoiries rondes, bleues et argentées, simples et linéaires, dans le style de ces années-là, avec un  » M  » central incliné.

2018

La majorité des actions de l’entreprise sont à nouveau détenues par le public.

Depuis décembre 2018, la structure de l’entreprise a été renforcée avec le remplacement du PDG et l’ajout d’un directeur financier et d’un directeur industriel. Les secteurs commercial et après-vente ont été renforcés, et la participation aux appels d’offres lancés sur la base du type de bus produit a été réactivée, en développant également des stratégies d’appel d’offres en fonction des nouveaux modèles en cours de développement et de production.

83040 Flumeri (AV)Via Fondo Valle Ufita
40127 Bologna (BO)Via San Donato, 190